http://livingcomposers.blogspot.fr/2015/10/costin-miereanu.html

 

I’ve post something about the Great but not so famous ( alas !) Costin Miereanu.

Google his name !

Publicités

L’effet Steinway

J’ai eu l’occasion d’improviser sur de nombreux pianos au cours de mes pérégrinations musicales : Yamahas au timbre tranchant, Bosendorfers imposants, Rameaus souvent désaccordés, Pleyel un peu étouffé,… La plupart du temps, c’était des pianos qui avaient été mis à rude épreuve et qui trahissaient quelques leurs turpitudes : des milliers de mains des plus inexpertes aux plus autoritaires avaient broyé sans retenue les claviers d’ivoires ne laissant que de temps à autre à l’accordeur préposé la possibilité d’officier, souvent de manière expéditive, car le temps c’est de l’argent, et dans le monde de la musique il y a bien peu de choses pour lesquelles l’on a vraiment le temps…

Et j’en suis venu à me demander dans quelle mesure cela avait pu influencer ma pratique de pianiste amateur, intermittent et quelque peu caché ? Car n’ayant pas été confié aux bon soins d’un professionnel reconnu, il ne me restait guère qu’à m’armer de patience et d’un peu de sens de l’observation et de me laisser aller à mon statu d’autodidacte dilettante.

Les années ont passé, et je dois bien avouer que mon manque de maîtrise me rend terriblement tributaire de l’ustensile à ma disposition. Je m’en suis rendu compte en improvisant à la va vite entre deux répétitions à l’auditorium Saint-Pierre de Toulouse sur le magnifique Steinway de concert qui occupait la scène. La sonorité en était proprement envoûtante et le toucher merveilleusement doux et clair. Et cela m’a permis de renouer enfin avec une créativité qui m’avait déserté. Est-ce que le piano m’a influencé ? Probablement. Est-ce une bonne chose ? Pas vraiment, car je n’aurais pas souvent le loisir d’un Steinway pour improviser.

En attendant, il me reste la trace de ce petit moment de grâce. En espérant que vous l’apprécierez.

https://soundcloud.com/clarinetjo/stolen-moment

Ken Bichel : « Fifths »

Mélanger instruments acoustiques et électronique en temps réel a toujours été un défi délicat et fascinant pour tenter de concilier deux mondes opposés dans leur approche du son, de la résonance et du geste musical ( car l’électronique l’ignore basiquement), surtout lorsque l’on ne cherche pas une esthétique avant-guardisante qui, généralement, est le seul moyen de s’octroyer l’espace de liberté nécessaire pour pouvoir tirer parti du médium. La musique tonale dans son ensemble à quasi exclusivement tirée parti des instruments acoustiques de par son histoire, est l’apparition de l’électronique a surtout été un moyen de fuir certains réflexes datés. Ici, l’on constate une très saine volonté de réunir les forces respectives des deux médiums. Et le résultat est tout à fait à la hauteur !

L’étonnant Mr Rzewski

Connaissez vous Frederic Rzewski ( prononcez zeffski) ? Car vous avez là l’un des plus grand pianiste/compositeur de tous les temps capable de chose magnifique telles les 36 variations sur la chanson « El Pueblo Unido Jàmas Sera Vencido » de Silvio Ortega , judicieusement intitulées « The People United Will Never Be Defeated » sur lesquelles je reviendrais à une autre occasion.

Pour le moment je vous propose cette petite merveille :

. La partition est une mélodie d’une soixantaine de notes destinée à être jouée comme suit par un ensemble ad libitum : 1,12,123,1234,123145,123456,1234567,etc…. jusqu’à la note n ( disons 64 par exemple), puis de jouer 64 63 62 61 60 etc, puis 63 62 61 60, etc,  puis 62, 61, 60 etc, et ainsi de suite.

J’avais entendue parler de ce morceaux dans un livre de Michael Nyman intitulé « Experimental Music » et ma curiosité avait longtemps été piquée de pouvoir entendre une version enregistrée. C’est maintenant fait, et je suis enchanté par la vitalité rythmique, la finesse des sonorités et la superbe et efficace simplicité de l’ensemble ! Enjoie !

Unnecessary Screamings

 

Que se passerait-il si je mettais une loop de batterie rock sous une piste électroacoustique expérimentale ? Et, bien, j’ai été assez surpris du résultat, à l’atmosphère assez curieuse et un peu malsaine, et donc je me suis permis de le soumettre au verdict des internets, même s’il y a peu de chance que cela donne quelque chose…

Au départ, les deux pistes était vraiment totalement indépendante et il y avait quelques trous dynamiques asse peu heureux, j’ai donc pris la liberté de refaire la piste des « cris » en essayant de faire un peu plus coïncider les événement musicaux. Est-ce que ça vous paraît réussi ?